Saltar para: Post [1], Pesquisa e Arquivos [2]

Pensamentos Nómadas

Nomadic Thoughts - Pensées Nomades - Кочевые Мысли - الأفكار البدوية - 游牧理念

Pensamentos Nómadas

Nomadic Thoughts - Pensées Nomades - Кочевые Мысли - الأفكار البدوية - 游牧理念

Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 1, par Luís Garcia

 

Extermination nucléaire, oui par pitié!

  

Luís Garcia  POLITICA  en français 

 

Je disais hier à un ami syrien que les évolutions récentes en Syrie, mises en relation avec la trahison kurde et avec les forces aériennes étatsuniennes protégeant Daesh en bombardant l’armée syrienne qui combattent Daesh sur la route de Raqqa, ont entraîné la Russie et le monde entier dans l’impasse d’une terrible résolution. Soit on accepte la volonté gringa de voler un tiers de territoire à la Syrie pour créer l’OTAN-Kurdistan tant désiré, soit on arrive à un conflit mondial. Je lui ai demandé quel scénario il préférait. En plaisantant à moitié, et avec le désespoir d’un syrien qui assiste depuis 6 ans au barbarisme gringo qui se déroule en toute impunité, il a répondu «je préfère la 2nde option»…

 

«Extermination nucléaire, oui par pitié» mais attention, ce n’est pas moi qui le demande, ce sont les chefs de la dictature économique mondiale dirigée par les Etats-Unis d’Amérique (EUA) qui le demandent. Je vais l’expliquer, en plusieurs parties.

 

Retour définitif au plan B de John Kerry

Ceux qui ont lu mon article «Terrorisme-colonisation de la Syrie » ainsi que «Terrorisme-colonisation de la Syrie (suite)» connaissent mon opinion sur le Plan B dont parlait John Kerry il y a environ 1 an. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, je vous conseille de les lire avant de continuer la lecture de cet article, pour saisir entièrement le sens de ce qui est dit dans celui-ci. Quant à l’article écrit à la suite, «Le plan C pour la Syrie», j’admets que je me suis trompé dans presque toute mon analyse, pour avoir donné trop d’importance aux évènements et aux acteurs impliqués dans ce que j’ai appelé de Plan C. Il n’y a pas de Plan C des EUA dans leur agression criminelle et illégale à la Syrie. Ce que j’ai appelé Plan C n’était rien de plus que des mouvements secondaires nécessaires (du point de vue agresseur des étatsuniens) en vue d’assurer le succès complet du Plan B qui, qui de manière extrêmement résumée, est la stratégie de créer un grotesque Kurdistan dans le Nord-Est de la Syrie (où se trouvent le gaz et le pétrole syrien), en utilisant à cet effet la farce des conquêtes militaires des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) contre Daesh, en empêchant en même temps l’accès du territoire syrien par voie terrestre aux armées iraniennes et iraquiennes (UMP) disposées à soutenir le gouvernement légitime, légal et démocratique de Bashar al-Assad. Et nous pouvons commencer par-là, par la tentative de barrer aux iraquiens et iraniens l’accès au territoire syrien, aussi parce que c’est sur ce point que je me suis complètement trompé.

 

Au début du mois dernier (mai 2017), les EUA ont finalement plus ou moins reconnu, y-compris sur leur site officiel U.S. Central Command, ce qu’ils faisaient depuis déjà un moment à la frontière sud de la Syrie avec l’Iraq et la Jordanie. Les EUA, après avoir créé un groupe armé qu’ils nommèrent New Syrian Army, composé de troupes étatsuniennes, britanniques, norvégiennes et jordaniennes, ont décidé de le faire passer à l’action, en envahissant le sud de la Syrie. Les EUA ont surnommé cet acte illégal «soutien de la coalition aux rebelles syriens». Mais non, ce n’est pas vrai, et ça ne l’est pas parce qu’il n’existe pas de «rebelles syriens», et parce qu’ils ne sont pas en train de les soutenir mais bien d’essayer d’empêcher la Syrie de reconquérir du territoire à Daesh, et parce qu’ils ne font pas parti d’une coalition reconnue légalement, par absolument aucun organe international légitime, ONU y-compris. Ce que les EUA ont fait, en s’installant au sud de le Syrie et en occupant illégalement et militairement le poste frontière syrien d’al-Tanf,  par où passe l’autoroute connectant Damas à Bagdad et à Téhéran, a été de mettre en place un plan de création d’une «zone tampon» (mots du U.S. Central Command) le long de la frontière syro-iraquienne, avec pour objectif d’empêcher 2 acteurs importants d’entrer en territoire syrien. L’un est Popular Mobilization Units PMU, une nouvelle armée iraquienne alliée à l’Iran et à la Syrie et indépendante de l’ingérence étatsunienne occupant l’Iraq, armée qui offre officiellement une aide militaire au gouvernement de Bashar al-Assad dans la lutte contre Daesh, et qui n’attend que la demande officielle de la Syrie pour y entrer légalement. L’autre acteur est l’Iran, pays qui a soutenu militairement la Syrie à travers l’approvisionnement en armement, le partage d’informations de son intelligentsia militaire, l’envoi de conseillers militaires haut-gradés à l’armée syrienne et l’envoi de 2 groupes militaires luttant côte-à-côte avec les Forces Armées Syriennes (SAA), à savoir Liwa Zainebiyoun et Liwa Fatemiyoun.

 

Liwa Zainebiyoun    Liwa Fatemiyoun

 

De manière à ce que les uns combattent à l’intérieur de la Syrie et que les autres puissent fournir les SAA à grande échelle, il faut d’abord retirer Daesh de la frontière syro-iraquienne. Et c’est justement pour éviter que cela ne se produise, malgré la légalité et la légitimité totale des actions voulues par ces 2 derniers que, les EUA, eux oui, ont occupé al-Tanf illégalement et ont scandaleusement commencé à menacer l’armée syrienne et les PMU iraquiennes. Ce sont bien les EUA qui ont attaqué l’armée syrienne, quand les syriens avançaient contre Daesh et contre l’organisation terroriste Maghawir Al-Thawra que les EUA incluent également dans leur insensée New Syrian Army. Il en a résulté la mort de 6 soldats syriens et la destruction de plusieurs équipements militaires. Quant au PMU iraquien, armée d’un pays officiellement allié des EUA, les EUA ont menacé de les attaquer si ces derniers (iraquiens) continuaient à reconquérir du territoire iraquien à Daesh, à la frontière syrienne! Imaginez! Tout cela publié officiellement sur le site de US Central Command cités plus haut! De leur propre aveu les EUA ne veulent que ni les SAA ni les PMU conquièrent le territoire de leurs pays contre Daesh, désir qu’on peut comprendre d’un point de vue stratégique, mais qui est complètement absurde d’après la loi internationale, sans parler de la totale illégitimité des EUA à ce sujet. Tout cela pour 2 raisons. D’un côté, empêcher que l’armée syrienne se renforce et reçoive du soutien militaire de l’étranger qui lui permette d’accélérer la reconquête de territoire à Daesh. De l’autre, réunir les conditions pour que le territoire soit théâtralement conquit par les SDF (kurdes corrompus + OTAN)  à Daesh, en vue de créer le plus grand Kurdistan possible, le plan B de John Kerry!

 

MAPA DO EXTERMINIO NUCLEAR - FR.jpg

  

Heureusement, les SAA ont évité de manière pragmatique l’invitation à la confrontation avec les EUA, congelant temporairement leur avancée vers le poste-frontière d’al-Tanf, malgré la légitimité qu’ont les syriens pour reconquérir du territoire syrien occupé par des groupes terroristes sponsorisés par l’occident et illégalement par les armées des EUA, le Royaume-Uni, et la Norvège! Heureusement, les SAA ont conquis une bande de terre à Daesh jusqu’à la frontière avec l’Iraq, quelques kilomètres au nord, bloquant ainsi la création de la zone-tampon gringa tant désirée par les EUA, et permettant enfin l’accès par voie terrestre aux iraquiens et iraniens qui attendent de pouvoir venir aider l’armée syrienne légitime. Heureusement aussi, les PMU iraquiennes ont ignoré la menace étatsunienne et ont réalisé d’énormes avancées ces dernières semaines, reconquérant des territoires à Daesh  à la frontière syro-iraquienne, à partir du nord. Précisément dans cette zone nord, et de manière inexplicable, les FDS (kurdes corrompus + OTAN) ont perdu sans combattre (lire «ont cédé »), une bande de territoire à Daesh ! Aahhh, s’il y avait encore des doutes que les FDS et Daesh ne sont que les deux facettes du plan étatsunien de partition de la Syrie, le fameux Plan B.

 

Pour en revenir aux menaces des gringos, le despotisme et l’illégalité scandaleuse se poursuivent. L’armée étasunienne continue d’avertir que les syriens n’ont pas intérêt à oser poursuivre leur avancée vers LEUR poste-frontière, parce que les EUA, s’ils se sentent menacés, seront contraints d’attaquer! Les EUA menacés? Que font-ils dans le désert syrien, occupant un poste-frontière syrien (al-Tanf) où, de manière scandaleuse, ils construisent une base militaire? Il n’y a pas de limite à l’impérialisme criminel de cet infâme pays! Ils se sont même permis le luxe de lancer des tracts, en arabe, avertissant les syriens (propriétaires de ces terres) de ne pas s’approcher d’al-Tanf !Et que dit le Pentagone et ses tracts impérialistes? Ils disent que cette zone (déserte, vide!) est une «zone de désescalade» comme il en existe d’autres! Ahhhh, quelle blague! Celle-ci s’adresse vraiment aux moutons endormis, et même de cette manière elle ne passe pas dans les « moutonnisantes » France 24, BFMTV et compagnie!

 

Premièrement il y a 4 «zone de désescalade», oui QUATRE : la région d’Idlib et les villes de Hama, Homs et Damas. Deuxièmement elles ont été créées précisément pour que cessent les conflits en zones urbaines à haute densité populationnelle. Troisièmement elles ont été créées avec pour objectifs des syriens et des russes de résoudre la question des zones de «rebelles» terroristes disséminées en îles  sur le territoire syrien, sans qu’il y ait, si possible, d’échanges de tirs, mais un rassemblement de chaque partie et renonciation de la part des «rebelles» à la lutte armée. Bravo al-Assad, bravo Poutine, pour vos compétences diplomatiques! Au diable les France 24 et compagnie qui les surnommaient sans fondement «boucher», «génocidaires», et qui censurent entièrement des faits si importants comme ces zones de désescalade. Et en vérité, depuis que ces mesures ont été mises en place, des «rebelles» de près de 50 localités ont déjà rendu les armes et se sont joints pacifiquement aux forces légitimes du pays. Quatrièmement, les zones de désescalade ont été créées durant le sommet d’Astana, organisé par la Russie, l’Iran et la Turquie, et PAS les EUA! Donc les EUA n’ont rien à faire dans les zones de désescalade, et tant mieux, puisqu’à chaque fois que les EUA participent à des sommets pour la «paix», il n’en sort jamais de paix, mais précisément le contraire! Qui a oublié les effroyables conséquences (pour les palestiniens, bien-sûr) des accords d’Oslo, par exemple? Cinquièmement, ce concept de «zone de désescalade» s’est créé à Astana, avec pour objectif de réduire le conflit. Maintenant les EUA, en entrant illégalement au sud de la Syrie, en occupant illégalement le poste-frontière d’Al-Tanf, en y établissant illégalement une base militaire, en menaçant illégalement si les syriens s’approchent trop près de ce poste-frontière syrien… mais bon sang, ce qu’ils sont en train de créer ce n’est pas une zone de désescalade légale, mais bien le contraire au centuple, une zone illégale de conflit, complètement inutile puisque personne n’y vit! Prenez votre équipement et vos militaires terroristes et sortez du désert syrien où vous ne devriez jamais être entrés, envahisseurs sans vergogne! Si vous le faites, ce morceau de désert désertique sera  certainement la zone la plus tranquille du pays, sans conflit, aucun!

 

19025091_10158772809720557_9164922307032755418_o.j

 

Une information non confirmée, et qui pour cela, vaut ce qu’elle vaut, indique que les EUA déplaceraient l’armée des FDS à al-Tanf, pour que cette dernière se substitue à l’invention de la New Syrian Army sur ce poste-frontière, et qui maintenant, d’après les EUA, ne sont plus que des «forces rebelles syriennes». Je laisse le lecteur réfléchir sur ce point. Alors, comment explique-t-on qu’au nord du pays les «forces rebelles syriennes» (al-Qaïda et compagnie) continuent activement d’attaquer les kurdes FDS, avec le soutien de la Turquie, et qu’en même temps les FDS viennent remplacer les «forces rebelles syriennes» au poste-frontière d’al-Tanf? C’est simple, parce que les FDS ne décident de rien! D’ailleurs les kurdes des FDS ne décident de rien, ceux qui  décident sont les EUA. Mais quelle innocence! Des kurdes (syriens, turques et aussi iraquiens) se révèlent des pions idiots et vendus aux mains des EUA, des pions creusant leur propre tombe en signant des pactes avec le diable, comme ce partenariat illégal avec les EUA, ou celui qu’ils envisagent de faire avec l’Arabie Saoudite, oui, cette même Arabie Saoudite qui a créé et financé les «rebelles» terroristes et Daesh que les kurdes sont soi-disant en train de combattre! Et puis qu’est-ce que c’est que ces kurdes organisés sous la forme de parti laïque, libertaire, socialiste (PKK), qui souhaite maintenant joindre ses forces à l’Etat médiéval barbare de l’Arabie Saoudite ?!?!?!?!?!? Mais bon, je garde ce sujet pour une des prochaines parties.

 

Une autre information, celle-ci confirmée par le Pentagone lui-même, indique que les EUA ont déplacé de manière tout-à fait légale, criminelle et dangereuse, très dangereuse, plusieurs véhicules transportant leur système de missiles balistiques HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System) au poste-frontière syrien d’Al Tanf. Je n’ai plus d’adjectifs pour qualifier ce genre d’affront mais, au moins, cher lecteur, j’espère que vous serez d’accord avec moi quand j’affirme et j’insiste qu’il n’existe pas de «guerre civile syrienne» mais une « invasion des EUA en Syrie ». Celui qui affirmerait le contraire, devant cette information du Pentagone, a pour sûr des problèmes de  raisonnement logique. Pour en revenir au HIMARS, en laissant momentanément de côté l’évidente illégalité de cette plaisanterie de mauvais goût, comment ce système de missiles balistiques placé à l’intérieur du territoire syrien peur «désescalader» quoi que soit ? Il ne peut pas! Au contraire! C’est une demande claire, une en plus des dizaines d’autres que les EUA ont faites à la Russie ces 3 dernières années, pour que la Russie accepte de déclencher le début d’un conflit mondial, un conflit nucléaire, en réalité! C’est que les EUA ne peuvent pas l’utiliser, (le système HIMARS) puisque les russes devront réagir, et oui, la boucherie nucléaire mondiale se déclenche. Ou, de manière plus subtile, les russes, puisqu’ils se trouvent légalement en Syrie (au contraire des EUA), pourraient détruire ce système, ou autoriser les syriens à le faire, et ce faisant, déclencher une boucherie nucléaire mondiale. La présence du système de missiles américains à al-Tanf ne sert donc pas à la protection de la fausse zone de désescalade désertique. Elle sert précisément au contraire. C’est tout pour aujourd’hui! Merci de votre lecture!

 

À SUIVRE

 

Luís Garcia, 22.06.2017, Ribamar, Portugal

(Traduit par Claire Fighiera

 

Lisez la 2ème partie dans: Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 2

Lisez la 3ème partie dans: Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 3

Lisez la 4ème partie dans: Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 4

Lisez la 5ème partie dans: Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 5

Lisez la 6ème partie dans: Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 6

Lisez la 6ème partie dans: Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 7

Lisez la 5ème partie dans: Extermination nucléaire, oui par pitié! Partie 8

 

 
Vá lá, siga-nos no Facebook! :)
visite-nos em: PensamentosNómadas